"Pour un développement humain, intégral, solidaire et participatif, en harmonie avec le vivant"

 
 
 
 
 
 
 
 

Toutes les actualités Miracle au Bangladesh

En Haïti, la colère gronde. Le pays connaît un mouvement de contestation depuis plus d'un an. Mais c'est une pénurie d’essence, il y a 2 mois qui a craquée comme une allumette,  tuant au moins 42 personnes (sources onu). Lâchés par leur gouvernant, la population exaspérée dénonce la corruption et l’inflation galopante, que rien paraît pouvoir endiguer...

 

Inquiets par cette situation, nous avons envoyés à nos groupes locaux RIEH tout notre soutien. Malgré les difficultés environnantes, dignes et solidaires, il s'organisent pour le bien de tous. Ils témoignent de l'Economie humaine, en refusant de renoncer à leur humanité.

 

Amis lecteurs, nous partageons cette correspondance...

 

 

 

 

Samedi 7 déc. 2019 11:37  

 

Chers amis du Réseau international pur une économie humaine en Haïti,


Les nouvelles qui nous parviennent de la situation en Haïti sont catastrophiques. La violence se déchaîne, le pays est paralysé, l'impasse politique est totale, la misère et le désespoir s'étendent.
Sans nouvelles précises sur la situation de chacun d'entre vous, nous imaginons que toute action collective est quasiment impossible, que la vie quotidienne est très difficile et que les problèmes de sécurité planent en permanence sur vos têtes et celles de vos proches.
Nous nous sentons impuissants, la seule chose que nous pourrions faire étant de soutenir toute action visant à trouver les bases d'une bonne politique, économique et sociale radicalement nouvelle. Cela peut apparaître comme une perspective totalement impossible. Et pourtant, il faudra bien que s'élabore une plate-forme de sortie de crise, définie par les haïtiens eux-mêmes et que les amis étrangers pourront soutenir.
En attendant, nous pouvons au moins nous faire écho des messages que vous souhaiteriez nous transmettre.

N'hésitez pas à le faire. Nous les publierons sur notre site.
Vous n'êtes pas seuls. Nous croyons que dans les pires situations l'espérance n'est pas vaine.

 

Pour le Réseau international pour une économie humaine,

Michel Tissier, secrétaire exécutif

 

 

 

Samedi 7 déc. 2019 13:05  

 

Bonjour Michel et l'équipe du RIEH,

 

Par cette lettre, je tenais à vous remercier de tout mon cœur pour l' attention que vous nous portez.

Nous vivons effectivement une situation exceptionnelle d'incompréhension entre le pouvoir et ses opposants. Ce bras de fer a totalement livré la population à elle-même, encore plus qu’avant.

Ce n’est ni des intempéries ou des tremblements de terre cette fois-ci, c’est juste un problème entre humains.

Votre signe de présence à nos côtés, ces derniers jours, va nous aider à surmonter cette période de turbulences encore plus vite, même si la vie semble normalement revenir peu à peu depuis bientôt une semaine.

Recevez toute ma reconnaissance et toute mon amitié,

AUGUSTIN Dieuseul

 

 

 

Mercredi 11 Déc. 2019   3:52

 

Merci Michel pour ce message de solidarité qui m'est apparu comme un sérum apportant de l'énergie pour poursuivre le chemin de l'économie humaine.

A Haïti tout n'est pas fini. Il y a encore des communautés, des femmes et des hommes convaincus du développement durable.

A Grosse Roche nous n'avons pas baissé le bras. Nous arrivons encore à identifier nos ennemis, de nos amis. Nous avons pris du recul pour apprécier les acteurs politiques qui se font passer pour dirigeants ou démocrates. Nous parvenons à la maturité : " l'échec n'est pas un mal en soi, au contraire, il nous enseigne à nous relever ". Aujourd'hui, nous ne sommes ni désespérés, ni abattus. Nous sommes simplement plus déterminés sur l'avenir que nous voulons.

Cela nous concerne tous, nous d'abord, pas seulement les politiciens ou le gouvernement, sans vouloir les remplacer. Nous responsabiliser c'est en accepter les droits et les devoirs. C'est d'ailleurs ce qui nous a motivé à agir en conséquence pour faire fonctionner notre école avec plus de 450 élèves de septembre à cette date. Nous sommes la seule communauté du département du Nord qui a pu faire ça et en plus mobiliser plus de 250 jeunes et 50 parents autour de l'aménagement de la route dangereuse, qui menaçait la vie de nos femmes enceintes, nos enfants, nos commerçants, nos agriculteurs qui doivent transporter leur produit au marché.
Nous ne sommes ni désespérés, ni abattus. Nous gardons l'espoir en travaillant, pour changer notre situation de honte et de misère. Personne d'autre n'est responsable que nous-mêmes.

Nous voulons la solidarité dans la dignité.
Merci Michel pour votre message.
Ensemble vers un monde plus juste.

 

Anice LADOUCEUR

 

1) Posté par Dominique Lesaffre le 11/12/2019 à 20h06 (répondre)


Au Peyi d'Ayiti, on connaît comment faire face. La population de ce beau pays a apporté la liberté à toute l'Amérique de langue latine au début du XIX° Siècle après avoir jeté les troupes de Napoléon là d'où elles n'auraient dû arriver.
Aujourd'hui, l'enjeu est de vie et de survie. La résilience et la résistance ne suffisent plus, La population est lasse et fatiguée de tellement endurer. depuis si longtemps. Le couvercle de l'actualité est pris en France par des questions plus nationales, or c'est la sensibilisation qui prélude à l'action.
Anice nous dit une parole forte : Nous voulons la solidarité dans la dignité.
Le RIEH exprime sa solidarité avec le peuple d'Ayiti où son chemin vers plus d'humanité se construit encore dans la dignité.



Ajouter un commentaire

-- Répondre à un commentaire --

-- Ajouter un commentaire --

commentaire :

Envoyer

 

Retour