"Pour un développement humain, intégral, solidaire et participatif, en harmonie avec le vivant"

 
 
 
 
 
 
 
 

NOS ADIEUX A CLAUDE BAEHREL... Toutes les actualités Barcelone / Défis pour une économie humaine

RIEH ASIE - INDE ** COVID-19 ** Lettre ouverte à Narendra Modi
 

 

 

lettre ouverte tampon

 

« Demande d’une action urgente pour fournir une protection sociale à tous les travailleurs non organisés et aux plus vulnérables. 

Réponse au Covid 19 »

 

 

Nos amis de RIEH ASIE, continuent inlassablement leur combat pour une couverture sociale aux travailleurs précaires. En ces temps de Coronavirus, nous nous faisons écho de la lettre ouverte adressée au Premier Ministre d’Inde : Narendra Modi sous forme d’un plaidoyer : « Demande d’une action urgente pour fournir une protection sociale à tous les travailleurs non organisés et aux plus vulnérables.  Réponse au Covid 19 ». 

 

 

          « Monsieur le Premier Ministre,
 
          Alors que l’Inde est aux prises avec la propagation du nouveau Coronavirus, ou COVID-19, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour en prévenir la propagation. De plus en plus d’entreprises demandent à leurs employés de rester à leur domicile et passer en télétravail. Les événements sportifs ont été annulés, les collèges et les universités ont fermé leurs portes et les rassemblements publics ont été restreints. Nous jugeons positives toutes les initiatives prises par le ministère de la Santé Publique et le Gouvernement. Mais dans toutes ces mesures de soutien, il manque l’aide aux travailleurs du secteur non organisé, qui représentent près de 92 % de la main-d’œuvre totale et qui n’ont, pour la plupart, d’autres options, que de continuer à travailler. Les journaliers qui vivent au jour le jour comme les travailleurs agricoles saisonniers, les livreurs de nourriture, les chauffeurs de taxi, les agents de sécurité, les agents sanitaires contractuels et les récupérateurs de déchets ne peuvent pas travailler depuis chez eux. Les travailleurs domestiques, les travailleurs de la construction ou les travailleurs migrants internes doivent risquer leur vie pour nourrir leur famille et échapper eux et leur famille à la famine.
Il existe déjà des cas de travailleurs domestiques qui ont contracté le virus sur leur lieu de travail et nombre d'entre eux ont été priés de partir en congé sans rémunération ni indemnités.Comme nous le savons tous, en Inde, 8 000 enfants meurent de faim chaque jour. Les travailleurs non organisés qui resteront à la maison engendreront un nombre de décès par la faim, supérieur à celui du Covid19. !
 
         Un certain nombre de gouvernements, dans le monde, ont pris plusieurs mesures de protection sociale, notamment en allouant des sommes d'argent importantes pour protéger leur population. Suspension du versement des intérêts par les emprunteurs, mise à disposition de nourriture pour les nécessiteux, report des E.M.I. pour leurs prêts, soutien financier aux indépendants qui doivent fermer leurs petites entreprises, allocations de chômage temporaires prolongées, etc.
L'Espagne, a décidé de placer tous ses prestataires et établissements de santé privés sous contrôle public alors que la propagation du COVID-19 continue de s'emparer du pays. Les étudiants en dernière année de médecine sont amenés à s'engager et à se coordonner avec des entreprises capables de produire des équipements médicaux.
Aux États-Unis, le président Donald Trump et le secrétaire au Trésor Steven Munchin ont proposé d'envoyer des chèques pouvant aller jusqu'à 1 000 $ aux adultes américains. Un tel paquet d'aide économique a été massivement adopté par la Chambre des représentants. Il est regrettable que le gouvernement de l'Inde n'ait pas augmenté son fonds de gestion des catastrophes à hauteur de ce  besoin criant ou annoncé tout autre soutien économique aux pauvres qui perdent leur emploi. Les mesures préventives et sanitaires proposées et conseillées par le gouvernement seront difficiles à mettre en œuvre pour des millions de personnes, salariés journaliers qui gagnent leur vie par le travail.
 
 
Comment les mesures de sensibilisation préconisées par le gouvernement peuvent s’appliquer à cette population essentielle qui a besoin d'être soutenue avec une protection sociale économique existentielle minimale ? Comment isoler les pauvres et les personnes vivant dans des bidonvilles qui n’ont guère d’espace pour marcher entre les portes de leurs voisins ?
 

 

Nous attendons toujours que les dirigeants comprennent cela et élaborent des plans précis avec des plans préventifs qui tiennent compte de la grande majorité de la population, les travailleurs précaires des secteurs non organisés et leurs familles.
Des questions se posent. Au lieu de perdre des millions de roupies pour soutenir les entreprises de toute taille, mieux vaudrait affecter quelques millions pour aider ces personnes vulnérables à répondre à leurs besoins quotidiens.
Certains des gouvernements des États indiens ont pourtant, déjà pris certaines mesures : comme le gouvernement UP qui a annoncé une aide de 15 000 roupies à toutes les familles pauvres et le gouvernement du Kerala a annoncé une aide aux familles non éligibles aux pensions ou aux régimes de garantie d'emploi…
 
Si eux l’ont fait pourquoi ne serait-ce pas possible partout en Inde ?
 
C’est pourquoi nous demandons à l’Honorable Premier Ministre de prendre les mesures nécessaires pour assurer une protection sociale à tous, en particulier aux travailleurs non organisés les plus vulnérables. À court terme, pendant la crise de Covid 19, nous demandons qu'un minimum de 20 000 roupies soit envoyé à tous les adultes de la population vulnérable en Inde.
Comme il ne s'agit pas d'une catastrophe ordinaire, nous devons y faire face non seulement pour le moment, mais nous devons garantir à toutes les populations vulnérables l'accès à la protection sociale pendant toute leur vie. Il est temps que le gouvernement prenne des mesures de protection sociale complètes et adéquates pour assurer une couverture sociale de tous.
Nous vous demandons donc également d'impliquer tous les syndicats et autres organisations représentatives  pour la distribution des aides et la mise en œuvre des mesures de protection sociale.
L'appel de l'O.I.T., pour que les bénéfices du progrès économique profitent à tous, doit trouver un écho dès maintenant.
Alors que nous apprécions toutes les mesures prises par le gouvernement pour faire face à cette pandémie, nous espérons que les demandes ci-dessus seront considérées comme un besoin urgent pour la session parlementaire qui est en cours.
Nous espérons que la réponse pourra être telle, qu'elle engagera des efforts pour créer un système de soins de santé et de protection sociale plus équitable et durable.
 
Je vous remercie, Monsieur le Premier Ministre, pour l’engagement que vous prendrez dans une action définitive à notre requête, que nous savons essentielle. Avec un peu de chance. »
 

 

A L'ATTENTION DE :

Narendra Modi,

Hon’ble Prime Minister of India,

Prime Minister’s Office,

South Block, Raisina Hill,

New Delhi-110011

 

EXPEDITEUR :

L.A Samy, membre du comité de pilotage ANRSP, Réseau asiatique pour le droit à la protection sociale-ANRSP, Christian Workers Movement-CWM, National Domestic Workers Movement-NDWM India, Confederation of Free Trade Unions India-CFTUI, International Network for a Human Economy-INHE Asia, Tamil Nadu Land Rights Federation-TBRLF Tamil Nadu Pondichéry, Society of Women in Action for Total Empowerment-SWATE, Fédération des droits à l'eau et aux moyens de subsistance-WLRF, Karur All Labour Union-KADALU, Tamil Nadu Conservancy Workers Federation Federation-Chennai.

 

 

Si vous souhaitez consulter la lettre en anglais, cliquer sur le lien :  /offres/file_inline_src/815/815_A_40209_5e7f93a336900_1.docx

 

 

 

 

 


Ajouter un commentaire

-- Répondre à un commentaire --

-- Ajouter un commentaire --

commentaire :

Envoyer

 

Retour