"Pour un développement humain, intégral, solidaire et participatif, en harmonie avec le vivant"

 
 
 
 
 
 
 
 

Carnet de voyage en Afrique - Bushushu, un village prêt à se mobiliser Actualités Carnet de voyage en Afrique - SAK : une petite entreprise face à un monceau d'immondices

Carnet de voyage en Afrique - ATEDD Kivu, c'est parti !
 

IMG-20211130-WA0000

 

 Action territoriale pour un développement durable au Kivu, ATEDD-Kivu. L’usage s’impose : il faut prononcer « atède ».

 

Ce projet sur lequel le RIEH travaille depuis plusieurs mois a vu le jour ce samedi 27 novembre 2021 dans le village de Buhunda située dans la chefferie des Bahunde, sur le Territoire des Masisi, dans la province du Nord Kivu, en République Démocratique du Congo. Et précisément à un endroit où récemment une rivière qui débordait a emporté un pont sur la route reliant Goma à Bukavu, tuant au passage plusieurs personnes, détruisant des maisons, arrachant des arbres et des portions de terrain.

 

Les photos accompagnant cet article rendent compte de l’événement qui a été suivi d’une réunion dans les locaux de la chefferie (dès qu'elles nous parviennent !). Une vidéo sera prochainement mise sur le site.

 

 

Quel est donc ce projet ?

 

Pour le savoir, lisez >> la présentation qui en a été faite et distribuée sur place.

Il bénéficie d’un très important financement de la part de l’Aide Française au Développement. L’accord de principe a été donné sur ce projet, mais la convention n’a pas encore été formellement signée, ce qui empêche d’en dire davantage pour le moment. Accord a aussi été donné pour que le lancement s’opère dès maintenant à l’occasion de cette mission.

 

Nous reviendrons sur ce projet tout au long de l’année.

L’objet de cet article est plutôt de rendre compte de quelques aspects de l’événement de lancement.

 

 

" C’est vous qui connaissez le secret de la rivière "

 

Il a été présidé par le chef traditionnel, qui est un personnage éminemment important. Il a été accueilli très solennellement par la population. Son discours n’était pas que protocolaire. « C’est vous qui connaissez le secret de la rivière » a-t-il d’emblée proclamé à l’adresse des participants. « Nous remercions les organisations qui viennent apporter leur soutien, nous remercions le RIEH et la France pour leur aide. Mais c’est à vous de profiter de cette opportunité pour agir. C’est vous qui connaissez les comportements de la rivière, les événements qui sont survenus au cours des années. Transmettez cette expérience aux experts qui vont venir, discutez avec eux sur ce qu’il faut faire, mobilisez-vous pour faire les travaux nécessaires.»

On ne saurait mieux dire et il anticipait remarquablement sur les mots des discours que nous avions préparés Godefroid, le coordinateur de CADRE, et moi. C’est un très fort atout pour la réussite du projet que cette claire vision de son objectif et de sa démarche par le leader local, qui dispose de services et d’un budget qui peuvent aussi être mobilisés.

 

 

Une image du Kivu à reconsidérer

 

Au passage, je note que nous avons souvent en Europe l’image du Kivu comme d’un pays sans Etat, livré à lui-même, déstructuré. Dans le cas présent, une autorité existe et la collectivité territoriale qu’il préside est une organisation décentralisée. Le chef n’est pas nommé par l’État, mais il est reconnu par lui comme l’autorité locale. Il n’est pas non plus élu, mais sa légitimité est reconnue par la population.

Il y a sans doute là, matière à réflexions sur l’essence de la démocratie qui n’est pas d’abord un mode d’élection, mais un système où chaque membre de la communauté participe aux choix d’organisation de cette communauté.

Le système coutumier, si le chef incarne effectivement la volonté commune pour servir le bien commun, n’est peut-être pas si antidémocratique et archaïque qu’il paraît.

 

 

Une équipe engagée

 

Pour organiser l’événement, le « consortium » qui porte le projet avec les quatre organisations congolaises et le secrétariat international du RIEH s’est montré très efficace. Malgré des délais très courts, banderoles, T-shirts, gilets ont été conçus et fabriqués. Marie à distance a joué tout son rôle et Godefroid a coordonné les efforts sur place.

C’est aussi Godefroid qui a été l’organisateur des événements, grâce à tout son réseau, sa connaissance intime et parfaite des coutumes et des protocoles.

Les professeurs du CEREIAD sont venus de Bukavu à Goma, pour prendre place dans le convoi qui a fait la route. Ils mettent la main à la pâte pour l’organisation matérielle. Et Dieu sait si c’est compliqué d’être efficace avec les coupures d’électricité fréquentes et les difficultés d’approvisionnement !  Mais ils y arrivent et la coopération est exemplaire entre toutes ces personnes qui se connaissent et s’apprécient. Et ils me font toute ma place parmi eux ainsi qu’à Marie, même à distance.

 

Une bonne journée bien remplie. Elle se conclut par le déplacement vers Bushushu dans l’autre territoire où aura lieu le lancement dimanche. 80 km d’une route praticable seulement en 4x4 ou à motos.

Il était prévu de mettre 5h, on en a mis 7 car un camion en panne bloquait le passage et nous avons dû finir en motos.

 

Je tire mon chapeau à cette population et à ces militants qui malgré les problèmes qu'ils traversent, gardent leur moral et leur énergie. Tout le monde fait preuve d’inventivité pour trouver des solutions et tout cela dans la bonne humeur !

 

Michel Tissier, ce samedi 27 novembre 2021 - ATEDD-Kivu c'est parti !

 

1) Posté par Dominique Lesaffre le 29/11/2021 à 5h45 (répondre)


Bonjour à tous et merci Michel de ces nouvelles du Projet Atède qui nous fait vivre de près l'humanité de ce projet dans cette belle région à la population engagée pour un meilleur vivre ensemble !



Ajouter un commentaire

-- Répondre à un commentaire --

-- Ajouter un commentaire --

commentaire :

Envoyer

 

Retour