"Pour un développement humain, intégral, solidaire et participatif, en harmonie avec le vivant"

 
 
 
 
 
 
 
 

MADAGASCAR, L'APDIP Rancontres sur le terrain (FR) VOYAGE A MADAGASCAR 3 / PLF2020 : PAS DE VOTE SANS DÉBAT CITOYEN !

Michel Tissier est revenu de son voyage à Madagascar, ému par des hommes et des femmes livrés à eux-mêmes, qui travaillent très dur sans pouvoir répondre aux besoins les plus élémentaires de leur famille ; Indigné, tant les écarts des conditions de vie dans "nos" pays et Madagascar sont criants, décidé à agir car la responsabilité de faire et de faire ensemble, face à la pauvreté, nous incombe à tous... Ne sommes nous pas, avant tout, les humains d'une même terre à partager ?

 

 

 

Quand on plonge comme je l’ai fait dans la réalité de la vie de la population rurale de Madagascar, on n’en sort pas indemne et on n’échappe pas à deux questions :

Comment cela est-il possible ? et que faut-il faire ?

J’écris donc ce texte pour ne pas y échapper et sans m’arrêter aux précautions légitimes, mais qui ne peuvent pas être des échappatoires : je connais très mal cette culture et son histoire et quelques jours, même au contact direct de la population, ne suffisent pas pour percevoir et analyser toute la complexité d’une société.

 

Qu’est-ce que j’ai vu ?

Des zones entières sans électricité, où on va chercher l’eau dans des bidons à des bornes fontaines et même souvent à des sources ou des puits très éloignés.

Où la population pourtant très pauvre doit elle-même construire des écoles, les équiper et payer des enseignants mal formés.

Où elle doit aussi payer pour se faire soigner dans des centres de santé délabrés et mal équipés.

Où on n’accède que par des pistes défoncées, impraticables en saison des pluies.

Où l’on travaille très dur pour des revenus qui ne permettent pas de se nourrir de façon suffisante pendant des périodes entières de l’année, celles qui font la soudure entre les récoltes.

Où toute la cuisine se fait au bois avec un impact désastreux sur la déforestation, d’autant que la pratique des feux de brousse continue de sévir.

Ajoutons à cela l’insécurité, qui dans les zones que j’ai visitées se traduit surtout par un vol massif de zébus, l’animal domestique qui est la première source d’énergie pour le transport et les travaux agricoles et qui fournit aussi de la viande et du lait.

Et tous nos interlocuteurs dénoncent à ce propos les pays voisins puissants, avides de la viande que fournissent ces troupeaux et qui corrompent les autorités jusqu’au plus haut niveau de l’Etat pour qu’on les laisse perpétrer leurs pillages.

 

Pourquoi un pays disposant d’importantes ressources naturelles est-il parmi les plus pauvres du monde ?

Parce que pour l’essentiel, ces richesses naturelles sont pillées par l’extérieur avec la complicité des pouvoirs en place. Et parce que la population est abandonnée à elle-même. Dans le cas de Madagascar, cette expression apparaît plus adaptée que celle d’exploitée. En tout cas pour la population rurale.

 

Que faire ?

Le premier élément de réponse est que ce sont les Malgaches eux-mêmes qui peuvent et doivent agir. L’aide extérieure, si tant est qu’elle est nécessaire, n’est utile que pour soutenir une action de la population. Les équipements installés sans répondre à une volonté de la population sont voués à dépérir très rapidement.

Le voyage a montré les deux situations par rapport à l’adduction d’eau potable. Si la population ne s’organise pas pour la distribution et la maintenance, le système connaît rapidement des pertes, voire même cesse de fonctionner. Si elle s’organise, la continuité du service est assurée.

Pour les populations rencontrées, il y a ainsi deux axes pour progresser :

- Rendre le travail agricole plus productif, faire en sorte qu’il génère des revenus plus importants,
- Mettre en place les formes d’organisation collective pour répondre aux besoins de service collectif.

Le voyage m’a permis de rencontrer de nombreux exemples d’actions conduites sur ces deux objectifs. Je renvoie aux articles mis sur le site www.rieh.org, rubrique Rencontres.

 

Pour l’amélioration des techniques agricoles il n’y a pas de révolution verte ou de miracle technologique.

Le progrès tient à une grande diversité de moyens, qui restent à la portée des paysans.

Pas d’investissement coûteux qui nécessiteraient de s’endetter.

Pas de technologie complexe risquant de tomber en panne.

Pas de dépendance vis-à-vis d’un fournisseur.

Et les préoccupations écologiques rejoignent le plus souvent la nécessité de limiter le coût des entrants. L’agro-écologie demande davantage de savoir faire et de soin. Elle s’appuie avant tout sur la ressource humaine.

 

Pour l’organisation collective, il est impressionnant de voir comment, face à la défaillance de l’Etat, avec des collectivités locales sans moyens d’intervention, des organisations se créent pour répondre à des besoins criants.

Sur le site, j’ai donné l’exemple d’une cantine scolaire et la maintenance du système d’adduction d’eau. On m’a donné l’exemple d’assemblées villageoises qui mobilisent toute le population pour refaire une route ou pour monter une patrouille face à l’insécurité.Tout cela s’appuie sur des traditions d’entraide (le fivahanana), mais nécessite aussi beaucoup d’engagement et de rigueur.

 

Sur ces deux terrains,  c’est l’accompagnement humain, par la formation, le conseil, le suivi qui est le facteur premier de réussite. D’où le rôle essentiel joué par des organisations qui se donnent cet objectif d’appui et  d’animation.

J’en ai rencontré deux, une dans chaque partie de mon voyage, l’APDIP dans la région de Bongolava dont le chef lieu est Tsiroanomandidy et Fivoy dans la région de la Haute Mitsiatra dont le chef lieu est Fianaransoa.

Leur mode d’intervention est très proche : présence sur le terrain, connaissance et partage des cultures locales et des structures sociales, expertise capable de se transmettre par des moyens simples, aptitude à l’écoute et à l’échange, engagement des membres, valeurs partagées quant à la reconnaissance de la dignité de toutes les personnes et confiance dans leur capacité à développer leurs compétences et à s’organiser collectivement.

Ce sont aussi deux organisations exemplaires dans la rigueur de leur gestion.

La meilleure expression qui me vient pour caractériser ces organisations est celle d’éducation populaire. J’y vois la clé de l’émancipation collective qui est la base du développement humain des sociétés partout dans le monde.

Ce sont ces organisations que notre Réseau international pour une économie humaine cherche à rassembler pour leur permettre de se renforcer par l’échange sur leurs pratiques.

Dans les deux cas, ces organisations bénéficient de la coopération internationale, l’APDIP avec l’AFDI (Agriculteurs français pour le développement international), Fivoy avec  la KAB (Katolischer Arbeitnehmer Bewegung). Cette coopération apparaît pertinente à double titres.

Elle se concentre sur le renforcement des capacités des organisations en permettant que ces dernières se professionnalisent dans leur fonction d’appui et d’animation et, à travers ces organisations sur le renforcement des capacités de la population. Et ces capacités ne sont pas seulement techniques, ce sont d’abord des capacités à agir collectivement.
Elles n’imposent pas leur programme et leur cahier des charges, mais elles suivent le mouvement qu’anime leur partenaire, tout en étant très rigoureux sur la gestion.

Ces deux lignes de conduite devraient inspirer toute coopération.

 

S’esquisse ainsi une réponse à la question que faire ?

Permettre aux populations rurales d’augmenter les revenus qu’elles tirent de leur travail par des techniques simples, peu coûteuses, qui n’épuisent pas l’environnement mais le régénèrent.

Les soutenir pour qu’elles s’organisent dans des services publics qu’elles gèrent elles-mêmes. En s’appuyant sur des organisations d’appui et d’animation qu’il faut renforcer.

Ajoutons une autre leçon tirée de ce voyage.

Tout cela marche d’autant mieux qu’arrive à se créer au niveau local, qui sont, sur les lieux visités, des communes comprenant un bourg et une dizaine de villages (fokontany), une concertation entre les élus des communes, les administrations locales, les autorités traditionnelles au niveau des fokontany, les groupes organisés (de paysans, de femmes, de jeunes), les organismes d’appui et d’animation comme l’APDIP et Fivoy, et, ajoutons même si nous l’avons moins vu, les acteurs de l’économie informelle, les leaders religieux, les groupes d’expression culturelle pour identifier les principaux problèmes de la population du territoire, définir des priorités et organiser une action commune.

Tout ceci pourrait s’intégrer dans une démarche pour élaborer et mettre en œuvre un Plan de développement communal, prévu dans les textes.

Mais ces processus de concertation sont loin d’être en place. Ils s’esquissent dans certaines communes visitées. Le RIEH propose à tous les territoires qui le souhaitent de se donner explicitement le but de l’organiser afin de trouver les meilleures méthodes pour réussir dans cette démarche.

C’est aussi dans ce sens qu’agissent les communautés de communes de Bretagne qui sont engagées dans des actions de coopération décentralisée avec des communes de la région de Bongolava.

Cette forme de coopération paraît également devoir être développée surtout dans la mesure où les territoires européens s’engagent eux-mêmes dans les mêmes processus de concertation.

 

Cette réponse par le bas à la question Que faire ? peut paraître bien courte au regard de l’ampleur des problèmes que rencontre le pays.

Cette action locale ne va-t-elle pas rapidement rencontrer des limites tenant au système politique national ou au système économique global ?

N’est-elle pas impuissante face au pillage des ressources du pays, à la corruption généralisée, à l’insécurité ?

En proposant cette stratégie, le RIEH ne fait-il pas preuve d’un idéalisme naïf ?

 

La réponse à cette objection tient en trois considérations.

 

- La première est que face à la gravité de la situation, on ne peut pas se contenter d’appeler à des grands changements structurels qui à l’évidence prendront du temps.

Il faut des solutions qui améliorent dès maintenant la situation. Il y a des marges de manœuvre, même dans un contexte très difficile, utilisons-les.

- Par ailleurs, un changement politique à Madagascar, permettant notamment de mener une politique économique publique au service des initiatives des citoyens est certainement nécessaire.

- Mais il n’est possible que si la population a développé une conscience commune des problèmes et partage des objectifs d’une politique et d’une économie du bien commun. Or cette conscience se forge d’abord dans l’action collective.

 

J’ai pu observer comment les paysans organisés avec l’APDIP ont développé leurs capacités d’analyse et ne se laissent pas duper par les discours des politiciens. Comme dit l’un d’eux : "je ne suis plus impressionné par le Président et je suis prêt à traiter avec lui d’égal à égal".

J’ai pu observer comment les femmes organisées avec Fivoy sont décidées à défendre leur droit et à faire entendre leur parole à tous les niveaux, dans leur famille, leur communauté, voire accéder à la Mairie et pourquoi pas plus haut. Dans plusieurs pays se sont produits et se produisent des mouvements de révolte exigeant le départ des dirigeants corrompus.

 

Mais que veut-on construire ?

Des paysans qui se sont engagés dans la transformation de leur travail pour devenir des professionnels de l’agriculture, des citoyens qui se sont organisés pour l’accès de la population de leur village à l’eau, à la santé, à l’éducation ont les bases pour mettre en place et faire vivre des environnements favorables aux entrepreneurs et des institutions démocratiques.

Le travail de fond mené par l’APDIP, par Fivoy et beaucoup d’autres est la base solide d’un vrai changement.

Enfin, cette approche des problèmes par la base n’est pas exclusive, bien au contraire, d’une action et d’une revendication pour des changements structurels à d’autres niveaux. L’APDIP comme Fivoy parlent avec les autorités régionales et elles sont d’autant plus écoutées que leur action sur le terrain est visible et indéniable. Dès lors qu’une dynamique locale est lancée, la question des moyens dont disposent les conseils communaux ne peut pas être éludée. Madagascar, comme beaucoup de pays où sévit la misère et où la dignité humaine est bafouée, dispose généralement d’un cadre légal sur lequel on peut s’appuyer même s’il n’est pas respecté. L’action locale fait apparaître ces contradictions et crée ainsi les conditions pour qu’elles soient traitées.

 

La leçon est donc claire. On peut agir. Les Malgaches le peuvent et le font. Ils montrent que même dans les pires conditions il est possible par le travail et par l’action collective de mieux vivre. Soutenons-les.

Et si nous, les Occidentaux, nous agissions aussi de la même manière par rapport à des problèmes qui sont pour partie très différents et pour partie les mêmes ?

Malgré l’abyssale différence des situations nous habitons la maison commune et sommes appelés à agir en commun pour qu’elle soit plus habitable. C’est la meilleure définition de l’économie humaine.

 

Michel Tissier

Secrétaire exécutif du RIEH

Calviac, le 09/12/2019

 

 

 

Retour